Investir dans l’immobilier en étant étudiant : Témoignage

Étudiant & Investisseur (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Tout commença en tant qu’étudiant

Assis sur les bancs de l’école, j’avais du mal à voir où tout ça allait m’amener. Essayant différents domaines de scolarité, rien ne m’intéressait vraiment, et puis sans cesse les mêmes questions qui me revenaient en tête :

– Quel travail je vais bien pouvoir faire avec un tel diplôme ?

– Vais-je devoir travailler dans ce secteur d’activité toute ma vie ? Impossible !

– Dois-je attendre 40 ans pour profiter de ma vie ? Ce n’est pas imaginable !

Puis, un jour un déclic ! Je tombe sur un livre qui m’ouvre les yeux. J’avais l’impression d’avoir écrit ce livre ou du moins, d’être enfin compris ! (le livre : Père riche Père pauvre)

Ce livre expliquait notamment comment l’immobilier pouvait être intéressant pour se constituer des rentes à vie, un salaire récurrent et régulier après avoir travaillé une fois avec acharnement. Il suffisait donc de mettre une action en place pour pouvoir en récupérer les fruits toute sa vie, intéressant !

Et l’action à mettre en place était d’acheter un bien immobilier afin de le mettre en location. Je me souviens qu’à l’époque je voulais m’acheter une belle voiture grâce à l’argent que j’avais mis de côté durant les différentes expériences professionnelles que j’avais pu avoir pendant les étés. Je mets alors cette idée de côté et me fixe comme objectif d’acheter un appartement !

Sauf que rappelez-vous, je suis étudiant. Je cherche alors plein de solutions pour investir, j’appelle toutes les banques, mais évidemment sans CDI et avec un faible apport, j’obtenais que des refus immédiats. Je ne lâche pas, un objectif est réussi seulement lorsqu’il est atteint !

Investir en étant étudiant

Après des heures… des jours de recherche je tombe sur le prêt étudiant, parfait, je suis étudiant ! Je prends donc rendez-vous avec toutes les banques afin de savoir comment ça se passe. Durant le rendez-vous je leur fais croire que je veux continuer et faire de grandes études, j’ai donc besoin d’argent et du maximum ! Je leur demande également qu’elles sont les conditions et si on pouvait faire plus ou moins ce que l’on voulait avec cet argent (tout en étant subtile). Pour toutes les banques il fallait des garants (dans l’idée les parents), ensuite certaines regardaient l’utilisation précises des fonds, d’autres interdisaient d’investir dans l’immobilier, d’autres ne faisaient aucun suivi. J’ai évidemment choisi une banque qui ne faisais aucun suivi et j’ai demandé le maximum à l’époque, les 50 000€, et c’est passé !

rapport de crédit

Je me sers alors de ses 50 000€ et de l’apport que j’avais pour acheter cette belle voiture afin d’acheter mon premier appartement à l’âge de 21 ans. Cela fait maintenant 3 ans qu’un locataire rembourse totalement mon prêt étudiant et je serais dans 7 ans pleinement propriétaire de cet appartement !

Evidemment, après cette expérience et comprenant réellement le fonctionnement de l’immobilier je ne souhaite plus m’arrêter…

15% de rentabilité et un petit achat-revente

Satisfait de cette première réussite je ne pouvais que continuer. La location saisonnière était en plein boum, je me lance alors dans la recherche d’appartement situé en plein cœur de Lyon pour en faire. Sans forcément le vouloir, je tombe sur une place de parking en sous-sol vendu 5 000€, ça peut être intéressant, ça ne coûte rien d’aller voir ! A savoir que pour une place sur Lyon ce n’est vraiment pas chère donc je me dis, soit c’est un super bon coup soit c’est une arnaque totale.

En arrivant sur les lieux, je comprends alors le prix si faible, la place était petite (on pouvait y mettre une Twingo, pas plus) et n’était pas du tout fonctionnelle, mais pas fonctionnelle pour une voiture mais pour des motos….

Personne ne voulait de cette place, je l’achète, mets 3 bandes de peintures et la loue à 3 locataires ayant moto ou scooter. Et voilà 15% de rentabilité nette dans la poche, à Lyon c’est vraiment pas mal ! Seulement il fallait s’occuper des entrées et sorties des 3 locataires à chaque changement, ne possédant que de peu de temps et souhaitant créer quelque chose de plus gros, je décide de la revendre un an après ! Personne n’en voulait à 5 000€ un an auparavant, je l’ai revendu 14 000€ (11 000€ net vendeur) ! Belle plus-value pour avoir dessiné 3 bandes blanches au sol !

De l’appartement à l’immeuble de rapport !

Ses 2 expériences me donnent une énorme confiance en moi, et je choisis de passer au level supérieur. Acheter un immeuble de rapport, afin de réaliser du cash-flow ! Cependant, je ne suis plus étudiant, mais à mon compte. Aux yeux des banques cela ne représente rien tant que l’on n’a pas 3 ans de bilan au minimum. Encore une fois, il va falloir trouver une solution ! Le prêt étudiant ne pouvait pas m’aider une deuxième fois.

Je crée alors une SCI avec mon associé (rappelez-vous je suis à mon compte) et mon frère qui lui possède le Graal (le CDI !!!!) enfin… le Graal pour les banques évidemment.

La banque regarde alors la situation de l’ensemble des associés et non pas qu’une seule personne, plus simple alors pour obtenir un prêt. Oui ! Mais tout de même pas évident. 5 rendez-vous en banque, 4 refus… et une qui accepte ! Premier achat d’immeuble de rapport sur la SCI avec 4 appartements. Aujourd’hui (septembre 2018) la SCI possède 6 biens immobiliers et c’est 1000€ de cash-flow qui rentre tous les mois ! Et cela ne devrait faire qu’augmenter dans les années futures…

Si je devais donner des conseils de ma jeune expérience :

Fixez-vous des objectifs, et ne les perdez jamais de vues, certains essayeront de vous en dissuader, passez votre chemin ! Il y aura des obstacles, relevez la tête et franchissez-les ! Dites-vous bien que tout est possible !

Pour information, aujourd’hui je n’ai toujours pas acheté la belle voiture dont j’avais envie il y 3 ans, peut-être y a-t-il une raison…

Florian Serbini 

Co-fondateur CSCConseiller en création et gestion de patrimoine & Investisseur